DOLOMITES - HAUTE ROUTE N° 1 - Août 2001



Malheureusement les vacances sont terminées et en même temps le temps des randonnées. Cette randonnée dans les Dolomites était merveilleuse, une des plus belles que je n'ai jamais faite (bien que mon expérience en la matière soit bien faible!). Aimant la roche je fus comblée, et je ne me suis pas lassée d'observer le coucher de soleil sur ces dolomites.

Nous avons au total randonné sept jours de Lago Di Braies à Pralongo (au bas du massif du Tanner). Malheureusement, nous n'avons pas pu rejoindre Belluno comme prévu, car le temps devenait de plus en plus menacent. On a décidé de ne pas prendre le risque de continuer. Une étape « sous la flotte » fut suffisante.

Description du parcours

Nous avons effectué une partie de la haute route en sept jours, en arrêtant la rando à Pralongon : La descente jusqu'à Belluno aurait nécessité deux jours supplémentaires vu comment on avait préparé le circuit. Sans la dernière étape, il est possible de relier Cortina à Belluno en huit, bien sur cela oblige de faire certaines étapes longues. Normalement, il est plutôt souhaitable de compter 11 jours de rando, en effectuant des étapes de 3 à 6 heures de marche effective.
Vigilance : la plupart des noms de lieux et de refuges ont une traduction toujours allemande ...
Nous décrirons notre parcours avec les noms employés en allemand et avec entre parenthèses la traduction italienne.

1. Pragser Wildsee (Lago di braies) -> Rif. Munt de Sennes

Etape de mise en jambes, jugée difficile comme toutes les premières étapes où il faut s'habituer au sac à dos, mais réellement aucune difficulté.
Si on arrive assez tôt au refuge Seekofelhütte (Biella), possibilité d'effectuer l'ascension Croda del Lago.

Nous avons été agréablement surpris par les refuges italiens. Aucune comparaison n'est possible avec ceux de la France, que nous avons déjà rencontrés. Quand on vous propose de dormir en dortoir d'un air désolé, ne vous imaginez pas nos dortoirs français, mais plutôt une chambre de dix lits. Presque toujours il y a la possibilité de prendre une douche chaude, moyennant de temps en temps 12000 lires. Bien sur, il faut mieux être les premiers arrivés, car l'eau chaude ne coule pas à flot continu.
Il est préférable de réserver avant son départ les refuges. Toutefois il est. presque toujours possible de planter la tente près du refuge et de bénéficier des avantages du refuge. Attention les dolomites sont en terrain très pierreux ! et la tente n'est pas toujours bienvenue.
Dans la description suivante nous essaierons de mettre un petit commentaire sur les refuges.

Refuge de Munt de Sennes : très bien. Possibilité d'obtenir une chambre avec deux lits et de planter la tente.

2. Rif. Munt de Sennes -> Rif. Scotoni.

Pour éviter la route forestière de Sennes à Fanes, nous avons emprunté une variante dont le départ est face à la terrasse du refuge de Fodara Vedla. Elle évite la route forestière et par la même l'hôtel et parking Pederu et le ballet de Jeeps déposant les clients. Passage au plus près de la roche dans le groupe des Lavinore, cependant cette variante est à déconseiller à toute personne sujette au vertige et il est préférable d'avoir le pied sûr. Joli sentier en balcon relativement large une fois que l'on. est dessus. Quelques descentes « vertigineuses » dans les pierriers. Cette variante rallonge peut être d'une demi heure par rapport à la route forestière, mais aussi elle n'est pas aussi agréable pour les pieds que la route. Mais nous n'avons pas été déçus de l'emprunter.
Après ce morceau de solitude, retour sur la route forestière ou plutôt autoroute à promeneurs jusqu'à Fanes en plein soleil sans un brin d'ombre, comme la plupart du temps sur la route N° 1.
Après le refuge de Fanes, emprunter la route N° l1 puis la 20. Nous avions prévu de rejoindre le refuge Scotoni par la route N° 21. Malheureusement cette route est fermée, car jugée trop dangereuse. Ce détour par la route N° 20 n'a pas rendu cette fins d'étape facile. Cela nous a obligé de descendre sur Plan D'Elga pour après entamer en fin de journée une montée affreuse sur le refuge Scotoni. (compter une demi heure de plus que prévu).
Etape relativement langue : 6 heures.

Ref. Scotoni : cadre formidable. Chambre de quatre à partager avec sdb. Le luxe !!!

3. Ref. Scotoni -> ref. Avereau

Démarrage de début de journée difficile : que de la montée jusqu'au ref Lagazuoi. Vue magnifique sur le groupe de Fanes. Fin de cette première partie d'étape avec beaucoup de monde du au téléphérique de Lagazuoi. Par ailleurs, nous emprunterons ce téléphérique pour nous rendre vers l'Avereau. Compter 10000 lires / personne. La partie entre Lagazuoi et Avercau est très calme et offre une très belle vue sur le Tofane. Etape aux cols multiples où à chaque passage de cols on espère découvrir un autre paysage, mais non. Au franchissement du dernier col, prendre le chemin sous la roche sur la gauche qui mène à la via ferrata Avereau.
Etape : 5 heures cool.

Ref Avereau: restaurant d'altitude à l'arrivée d'un télésiège. Le soir, grand jeu, musique italienne mielleuse et remix techno de morceaux classiques et une carte à ne plus en finir : pas vraiment ce qu'attend le randonneur. Petit déjeuner et repas du soir tardifs. Dortoir de 9 personnes, impossibilité de planter la tente. Attention eau non potable.

Il serait conseillé vivement d'admirer le coucher de soleil sur le Nuvoleau si vos jambes vous portent encore.

4. Ref Avereau -> Palafavera

Disons-le de suite : étape de folle à déconseiller. On conseillerait plutôt de s'arrêter à Staulanza, ce qui évite une longue descente sans intérêt et difficile en fin de journée sur Palafavera. Quoique le chemin Anello Zoldano qui longe le Pelmo et Pelmetto est beau et nous fait découvrir une végétation jusqu'ici peu vue.

Rif Avereau -> Passo Giau -> Forc. Giau -> forc Ambrizzola -> Rif Citta di Fiume -> Staulanza -> Col d. Crepe -> Palafavera.

Attention - Rif Citta di Fiume pas d'eau potable.

Nous avons décidé de dormir au camping Palafavera, mais à proximité présence d'autres refuges.

Etape : 9 heures.

5. Palafavera -> Ref. Vazoler

A Palafavera, nous avons pris le télésiège du même nom, puis descente légère pour retrouver la route N° l (564) Montée vers le ref Coldai. Beaucoup de monde jusqu'au lac derrière le refuge, puis cela se raréfie.

Lac Coldai -> Ref Tissi : chemin très mal marqué. Erreur, ne pas prendre le chemin au pied de la muraille dans les pierriers et névés, même s'il semble engageant. Au début aucun problème sur ce chemin, mais on est très vite confronté à de gros blocs de pierre (pas forcément agréable avec le sac à dos) et la trace se perd facilement. Préférer après le « passage de col », le chemin sur la droite. Les panneaux italiens de notation de temps sont complètement affabulateurs ou « commerciaux », ne pas s'y fier.
Ref de Tissi : attention pas d'eau potable. Vue surprenante sur Alleghe et la muraille de Civetta.

Ref Tissi -> Ref Vazzoler.
Chemin magnifique et romantique à souhait.

Ref. Vazzoler : refuge pas cher, affilié CAI. Possibilité de planter la tente. Douche payante. Jardin botanique immense près du refuge.

Etape : 6 heures

6. Ref. Vazzoler -> Ref. Cesare Tome

La pluie a accéléré notre pas.
Ref Vazzoler -> ref Carestatio : le col dell Orso n'est pas évident, surtout par temps de pluie, ce qui rend la montée glissante et pénible.

Etape : 4h30.

Ref Cesare Tome : convenable. A préférer à San Sebastian, plutôt hôtel, grand et plus cher.

7. Ref Cesare Tome -> Pralongo

Nous avons quitté la route N° l pour emprunter le chemin 524 jusqu'à son intersection avec la route N° l vers Angelini. Paysage merveilleux et étonnant. Cela restera, je crois, la plus belle partie de la rando. L'arrivée sur la forc. La Porta est fatigante (montée dans un pierrier), mais magnifique. On est accueilli sur notre droite par M. Tamer. Le chemin à suivre après est sur la droite : départ pas très engageant. Descente sur un petit chemin en balcon, étroit dans les éboulis, passages sur névés. A ne pas conseiller à tout le monde. Il faut avoir le pied bien sur et ne pas avoir peur de glisser un peu.
Grandiose !!! Mais du départ de Passo Giau jusqu'à for La Porta, que de la montée pas très facile et longue. Avant la montée dans le pierrier, passage un peu à vide, mais mains courantes (pas dangereux du tout).
Nous avons continué le chemin 524 vers Pralongo où se termine notre rando.
Il est possible de rejoindre après cet intermède le ref. de Pramperet, ce que nous voulions faire originellement. Après un début d'étape très fatigant et pas facile, il faut rajouter derrière en après midi 4 heures de plus avec 500 mètres de dénivelé montée et 320 descente. Il serait peut être plutôt souhaitable de faire une boucle et de revenir coucher à Passa Duran, et de reprendre au lendemain la route N° 1.

Documentation:

Impossible de trouver en français un guide résumant la haute route des Dolomites N° 1. Sont disponibles seulement des guides en allemand, italien ou encore anglais: Le Vieux Campeur nous a indiqué ces deux références Les cartes sont disponibles aux éditions Tabacco ou Kompass : Pour toutes informations complémentaires, il est possible de téléphoner : En écrivant à L'Ente Provinciale per il tourismo, via Psaro 21, 32100 Belluno, il est possible de se procurer la traduction française résumée du guide de Piero Rossi. Nous avons écrit deux mois avant notre départ et nous attendons toujours une réponse. Peut être faut il éviter d'écrire en Anglais ! Bref ne pas compter que sur cette source. Le guide décrit le parcours sans les variantes sportives, mais il est à lui seul suffisant. Les autres randonneurs français croisés (rares) ont obtenu sans problème le guide ! Pas de chance ou changement d'adresse.

Autre source d'information : le décrit très bien la rando et vous donne l'eau à la bouche: site de Bernard Corby. Nous le remercions pour son aide et la gentillesse qu'il a eue de nous envoyer sa documentations, afin qu'on puisse enfin partir à la découverte des Dolomites.

Pour préparer l'acheminement en bus jusqu'au point de départ, numéro de la station de bus de Cortina : 0436/867921.


: Pour nous envoyer un message

Sophie Viala, le 10 Septembre 2001