LA NORVEGE, PARADIS DES RANDONNEURS ? (1981)

Table des matières

Quand on évoque les paysages de la Norvège, on pense immédiatement aux profonds fjords de la côte ouest. Mais il existe aussi une Norvège intérieure, montagneuse et sauvage, terre d'élection du randonneur, dans ce pays où 96 % du territoire est accessible a tous, depuis la Grande Charte du plein air votée par le Parlement en 1957.

La Norvège du randonneur, c'est une des plus grandes chaînes de montagne européennes, pourvue d'un réseau très étendu de sentiers balisés et de gîtes d' étape.

La montagne norvégienne.

La chaîne calédonienne scandinave est l'une des plus anciennes chaînes de montagnes du monde. Formée en majeure partie de terrains précambrlens et primaires, elle a été plusieurs fois soulevée et faillée. Elle présente un profil dissymétrique lui donnant une apparence très différente suivant qu'on l'aborde de l'est ou de l'ouest.

Si l'on vient de Suède, c'est insensiblement que, de plateau en plateau, on atteint la montagne. Par contre, a partir de la côte norvégienne, la montagne s'élève brusquement au-dessus de la mer. Une érosion violente y a pratiqué de larges entailles élargies et creusées par la glaciation quaternaire. La mer a envahi l'aval de ces vallées, donnant les fjords qui pénètrent profondément dans l'intérieur des terres (Sognefjord : 136 km).

Bien que les altitudes soient modestes (point culminant 2 469 m), on rencontre sur les sentiers tous les niveaux de végétation et de climat par l'effet de la latitude (on n'est pas très loin du cercle polalre):

Les sentiers balises évitent la traversée des glaciers de plateau. Et il est recommandé, si l'on veut parcourir ces glaciers, de prendre un guide (s'adresser aux gîtes d'étape adjacents), ou encore de participer à une randonnée collective guidée.
Vers table des matières

Les sentiers balisés.

En France, les sentiers de grande randonnée se développent linéairement ou en boucle. Il en va tout autrement en Norvège du sud, où les sentiers forment un réseau tissé dans toutes les directions. Chacun des six massifs montagneux de la Norvège du sud est couvert pr une grille d'une cinquantaine de gîtes d'étape situés à une journée de marche les uns des autres. Chaque gîte est relié en moyenne à trois ou quatre autres gîtes par des sentiers, de sorte qu'arrivé à une étape, on a le choix, le lendemain, entre deux ou trois directions différentes.

Les six massifs montagneux sont en outre reliés deux a deux par des sentiers, l'ensemble constituant un rectangle de 100 km de large et 600 km de long qui, partant du sud-ouest de la Norvège, va mordre sur la Suède au nord est.

Toute cette zone est quadrillée par envlron 300 gîtes d'étape reliés par environ 500 sentiers balisés. Les itinéraires possibles pour une grande randonnée sont donc quasiment illimités.

Les sentiers sont balisés de cairns frappés d'un T rouge. Certains de ces cairns sont très anciens et sont peut-être des témoins des temps préhistoriques, car les sentiers modernes suivent souvent des passages utllisés depuis des temps immémoriaux. La destination finale de l'étape est indiquée au départ et à chaque intersection.

Vers table des matières

Les gîtes d'étape.

Sur les 300 gtes d'étape de la Norvège du sud, environ 100 sont privés, et 200 appartiennent à l' Association norvégienne pour le tourisme en montagne, le DNT (Stortinsgaten 28, Oslo I), ou a des associations affiliées.

Il existe trois sortes de gites :

  1. Les plus fréquentés sont les châlets-hôtels gardés (en anglais : staffed huts), où l'on peut se faire servir tous les repas et ou, à l'inverse, on ne peut pas faire sa propre cuisine.
  2. On trouve également des chalets non gardés, équipé de couvertures, d'ustensiles de cuisine et de provisions alimentaires (self-service huts).
  3. Il existe enfin quelques chalets sans provisions alimentaires (Unstaffed huts), mais équipés de couvertures et de matériel de cuisine.
Les gîtes des deux dernières catégories sont en principe fermés a clef, mais la clef sera remise aux membres du DNT, aux gîtes voisins, ou au bureau de l'association responsable. Dans tous les cas, le sac à viande est obligatoire (on peut en louer dans les chalets hôtels).

On peut coucher dans les gîtes du DNT sans faire partie de l'association. Toutefois, la cotisatlon (168 F pour un couple; tous les prix indiqués sont ceux de 1981, pour une couronne valant à l'époque environ un franc) est amortie au bout de trois jours grâce aux tarifs préférentiels pratiqués dans les gîtes du DNT et de nombreux gîtes privés. Il n'existait pas d'accord de réciprocité avec le CAF.

Les chalets ont plusieurs caractéristiques, inhabituelles pour nous Français : un grand salon avec fauteuils, tables basses, et poële ou cheminée, distinct de la salle à manger ; une salle au poële ronflant toute la soirée et toute la nuit pour faire sécher ses affaires trempées (ce qui arrive parfois à cause du climat) et pour chauffer l'eau de la toilette dans un grand faitout.

Dans les chalets-hôtels, le petit déjeuner est pantagruélique, selon la coutume norvégienne. On prépare soi-même les sandwiches du repas de midi à la table du petit déjeuner. L'habitude est de se faire remplir une thermos de café ou de thé pour la journée, et le matin une forêt de thermos avoisine la table du petit déjeuner.

Il y a, parait-il, beaucoup de monde en ]uillet. Ce n' étalt pas le cas quand nous y sommes allés en fin de saison, c'est-à-dire après le 15 août.

Vers table des matières

Organisation de la randonnée.

Face à la multiplicité des randonnées possibles, comment cholsir et organiser sa randonnée? Le DNT a trouvé une solution originale à base de cartes de planification ou "sketch maps".

Le choix d'une randonnée s'opère en trois temps :

  1. Le livre intitulé Mountain touring holidays in Norway peut-être commandé en version anglaise ou allemande au DNT. Il n'était malheureusement pas édité en français. Il décrit toutes les régions montagneuses et, parmi les milliers d'itinéraires possibles, décrit une vingtaine de randonnées de 5 à 10 jours.
  2. Ayant fait son choix quant à la région, on commande alors au DNT la "sketch map" de cette région. Cette carte (gratuite) indique les gîtes et leur type (staffed, self-service ... ) ainsi que les sentiers et les heures de marche entre gîtes.
  3. Après avoir choisi son itinéraire, on commande (ou on achète sur place) les cartes détaillées couvrant cet itinéralre, et dont les références sont indiquées en surimpression sur les "sketch maps".
Vers table des matières

Conditions climatiques et équipement.

Il tombe 2 mètres d'eau par an, et la moyenne des températures en juillet est de 10 °C; mais ceci n'est encore qu'une moyenne. Des conditions climatiques très défavorables (pluie, vent et froid intense) peuvent apparaître en plein été.

Aussi faut-il prévolr, d'une part un équipement chaud de montagne, d'autre part des vêtements imperméables et des rechanges de vêtements pour être bien équipé contre l'eau venant d'en bas aussi bien que d'en haut (comme le dit si joliment la fiche conseil du DNT rédigée en françals).

Nous avons constaté qu'envlron 30 % des randonneurs sont chaussés de bottes en caoutchouc (à semelles bien crantées), ce qui leur confère un avantage certain lors du passage des innombrables gués et tourbières.

Vers table des matières

10 jours autour de Bergen.

La région la plus touristique est le Jotunheimen. C'est là que se trouvent les plus hauts sommets et le plus grand nombre de glaciers. Ce n'est pourtant pas la région que ma femme et moi avons choisie pour randonner en Norvège fin août 1981.

Nous avons opté pour un circuit qui permet, en combinant la randonnée pédestre et les transports en commun, de côtoyer tous les aspects de la nature norvégienne, depuls le niveau de la mer jusqu'au voisinage des glaciers.

C'est un circuit au départ de Bergen, la ville où les chiens aboient dès qu'ils rencontrent une personne sans parapluie. Si l'on ne passe pas à Oslo au siège du DNT, on peut obtenlr à Bergen toute information sur les randonnées pédestres en s'adressant au Bergen Touring Club (36 Sundstgate).

La "sketch map " correspondant à cette randonnée est celle de Finse-Bygdin. Les cartes détaillées couvrant la randonée ont pour référence : D 33 Vest, Hardangerjökulen et D 32 Vest, Aurlandsdalen.

Jour 1 - Le Hardangerfjord

Jours 2 - 3 - 4 - Le Plateau Hardangervidda

Partant de l'altitude 700 m, on s'élève rapidement à 1100 m pour traverser le Hardangervidda, le haut plateau le plus grand d'Europe (7 500 km2 dont 3 430 km2 transformés en parc national en 1981). Raboté par les glaciers quaternaires, ce plateau offre à perte de vue le spectacle de I'eau sous toutes ses formes : torrents, cascades, lacs, tourbières, névés.

Nuits à la "self-service hut" DNT de Kjeldebu et aux chalets-hôtels DNT de Kraekkja et de Finse.

Les étapes étaient prévues pour 5 h, 4 h et 7 h de marche. En fait, nous avons mis beaucoup plus de temps les deux premiers jours, à cause du terrain détrempé par les fortes pluies de juillet 1981. En conséquence, nous avons raccourci la troisième étape à 5 h de marche en allant a Haugastöl prendre le train pour Finse.

Finse, à 1 200 m d'altitude, est situé au pied du grand glacier Hardangerjökulen (environ 100 km2), et l'on voit de belles langues glacières depuis la terrasse de l'hôtel.

Jour 5 - La crête du Hallingskarvet

Partant de l'altitude 1200 m, on atteint à 1 697 m le point culminant de la randonnée et on redescend à 1 200 m. Traversée du glacier résiduel Storefonn et de nombreux névés sans difficulté. Nous y avons vu un troupeau de rennes. Etape de 5 h de marche. Nuit au chalet-hôtel DNT Geiterygghytta.

Jours 6, 7, 8 - Les gorges d' Aurlandsdal.

Pendant les deux premlers jours, on remonte à flanc de montagne à 1400 m pour éviter une piste tracée au fond de la vallée lors de l'aménagement hydroélectrique (dlscret) de cette vallée. Une belette curieuse esr venue nous inspecter durant la pause café. Nous mêmes avons longuement observé un lemming peu soucieux de notre présence.

L' étape du troisième jour est particulièrement saisissante. On côtoie un impétueux torrent qui passe de l'altltude 800 m à l'altltude 0 en quelques kilomètres à vol d'oiseeau. On arrive au niveau de la mer au fond de l'un des bras du Sognefiord.

Etapes de 3 h, 4 h et 6 heures de marche. Nuits aux chalets-hôtels privés de Steinbergdalshytta et "Osterbo", et à l'hôtel à Aurland.

Le sentier n'arrive pas à Aurland même, mais à Vassbygdi d'où un autocar rejoint Aurland en 20 mn plusieurs fois par ]our. Si l'on arrive à Aurland au début de l'après-midi, on peut prendre le bateau pour Balestrand et Bergen le jour même sans coucher à Aurland.

Jour 9 - Le Sognefjord.

Pour regagner Bergen, on a le choix entre le train touristique de Flam, accessible en autocar depuis Aurland, et le bateau. Dans ce dernier cas, on parcourt d'abord le très beau Sognefjord, un des plus longs fjords de Norvège (36 km). On longe ensuite la côte parmi quelques unes des 20 000 îles norvégiennes.

Jour 10 - Balestrand .

Si l'on rentre à Bergen en bateau, on peut faire escale à Balestrand, au bord du Sognefjord, pour monter au Raudmelen (1136 m, sentier balisé). Monter au moins jusqu'à la cote 650 m. Vue splendide sur le Sogneflord et ses appendices, le Fjaerlandfjord et l'Esefjord.
Vers table des matières

Conclusion.

Cette sèche description ne permet pas de rendre compte de l'austère beauté des paysages, de l'extraordinaire scintillement des lacs sous un ciel tourmenté, et des éclairages spectaculaires donnés par le soleil toujours bas sur l'horizon à cause de la latitude.

Par ailleurs, le climat n'est pas toujours aussi sévère qu'on l'a écrit. En ce qui nous concerne, nous avons eu 5 jours de très beau temps sur nos 8 jours de marche, et un seul jour de temps exécrable, mais qui a rendu d'autant plus agréable le confort des gîtes d'étape.

La Norvège, avec sa parfaite organisation de gîtes d'étape et de sentiers balisés qui, paradoxalement, permet de conserver la liberté de l'itinéraire, est-elle alors le paradis du randonneur ? Pas tout à fait pour les Français, car il y a pour nous, au moins deux écueils matériels : tout d' abord il faut parler anglais, même sommairement; ensuite, le taux de change ne nous est pas favorable. Même avec la carte du DNT en poche, il en coûtait en 1981 entre 130 et 150 F par jour et par personne, tous repas compns, si l'on fait étape dans un chalet-hôtel. L'étape en "self service hut " est plus économlque (70 F envlron par jour et par personne, nourrlture comprise, toujours en 1981).

En ville, pour ne pas trop dépenser, il faut choislr les "Pensjonats " ou les nuits chez l'habltant, moins chers que l'hôtel, ou encore essayer de trouver une place en auberge de jeunesse (pas de limite d'âge).

Vers table des matières

Montagnes de la Norvège du Sud    -    Notre randonnée

Vers table des matières

Photos
Nombreux passages de gués et tourbières
Nombreux passages de gués et tourbières
Spectacle de l'eau sous toutes ses formes
Spectacle de l'eau sous toutes ses formes
Neige à 1400 m en plein mois d'août
Neige à 1400 m en plein mois d'août
Petits déjeuners pantagruéliques
Petits déjeuners pantagruéliques
On évite quelquefois les gués.
On évite quelquefois les gués.
Vers table des matières
Liens
Randonnée en Norvège
Norwegian Trekking Association
Backpacking tours in Northern Sweden.
Aurland, Flam, Laerdal
Village de Vik (Sognefjord)
Site de Francine et Pierre-Jean Cardona, Rubrique "Photos de voyages", Norvège, région de Bergen)
Trail data base.

Bernard Corby
Article paru dans la revue "Randonnée", N° 61, Avril 1982.

Pages personnelles de Jacqueline et Bernard Corby. Randonnées pédestres et à ski de fond. Mis à jour le 17/03/09